Impact des conditions environnementales sur l’application et le mûrissement des enduits

 

L’été est finalement de retour au Canada. Cette saison fait tout naturellement le bonheur de la population générale mais elle apporte aussi son lot de désagréments pour certains professionnels de la construction, notamment les spécialistes des revêtements de sols et muraux. En effet, des températures et des niveaux d’humidité relative (H.R.) très élevés peuvent compliquer la vie des applicateurs dans certaines régions du Canada, et ce tant au niveau de l’application des produits à base de résine ou de leur mûrissement.


Commençons par noter que, d'une manière générale, les informations critiques concernant l’application des produits Sikafloor® ou Sikagard® (températures maximales et minimales de l’air ambiant et du substrat, l’humidité relative et le point de rosée) sont systématiquement consignées dans la section « Restrictions » des fiches techniques. À cet égard, il est donc important de regarder plus en détail pourquoi ces conditions environnementales sont si importantes et comment elles peuvent affecter le travail des applicateurs.


Température ambiante et du substrat

À la lumière de nombreuses expériences en la matière, nous comprenons tous que les températures de l’air ambiant et du substrat peuvent affecter le taux de mûrissement et que la viscosité des produits malaxés modifiera les caractéristiques d’application. D’une manière générale, des températures basses vont retarder le mûrissement et augmenter la viscosité des enduits appliqués. Inversement, des températures élevées vont accélérer les taux de mûrissement et diminuer la viscosité. Pendant les mois d’été, il n’est pas rare de constater des écarts de température de plus de 10 °C entre le matin et l’après-midi. Dans le cas de travaux s’effectuant dans des environnements partiellement clos (bâtiment en cours de finition ou structures avec des ouvertures sur l’extérieur), sans système de ventilation/climatisation fonctionnel, des fluctuations importantes de température au cours de l'application et le mûrissement produiront des finis irréguliers en termes notamment de texture et des lignes de chevauchement. Il est donc impératif que des ajustements soient apportés aux techniques d’application au fur et à mesure que la journée progresse et ce, afin de s’adapter à des temps de prise plus rapides et des viscosités plus faibles des produits.


Humidité relative et point de rosée

Pour de nombreux applicateurs, les termes « humidité relative »  et « point de rosé »  demeurent des concepts flous, voire mystérieux. Et c’est souvent lorsqu’il est trop tard que l’on se rend compte qu’il y a eu un problème lié à la présence de vapeur d’eau. Nous savons tous que le contact prématuré de l’eau avec une résine non-mûrie contaminera la surface et causera différents types de défauts de surface. Lorsque l’humidité relative (la vapeur d’eau) dans l’air augmente, le potentiel de condensation de l’eau à l’état liquide augmente également en se rapprochant du point de rosée. Il est donc judicieux de prendre le temps de revoir le concept de point de rosée afin de comprendre l'importance du phénomène dans le cadre de vos travaux.

Le point de rosée est calculé sur la base d’une combinaison de la température de l’air ambiant et de l’humidité relative. Définie comme la température à laquelle la saturation en humidité de l’air (100 H.R.) est atteinte, aussi longtemps que la température de l’air demeure au-dessus du point de rosée, l’air n’est pas saturé et il est capable de contenir plus de vapeur d’eau. La quantité de vapeur d’eau que peut contenir l’air peut augmenter énormément dans la mesure où la température augmente. Par exemple, si un volume spécifique d’air à 0 °C peut contenir une tasse d’eau, ce même volume d’air peut contenir un demi-litre d’eau à 10 °C, 1 litre à 22 °C et 2 litres à 33 °C. Lorsque la limite est atteinte pour la température qui prévaut, on dit alors que l’air est « saturé ». Si l’air surchargé en humidité refroidit ou vient en contact avec un substrat plus frais, il va alors relâcher son excès d’humidité. Le point de rosée est alors atteint, la condensation se produit et la vapeur d’eau se transforme en eau sous forme liquide. Sachant qu'un sol en béton sera toujours plus frais de quelques degrés que la température ambiante, il est alors d’une importance vitale de suivre l’évolution du point de rosé, surtout en été lorsque les indices humidex se font sentir. Sika recommande que le point de rosée soit mesuré au moins trois (3) fois par jour au chantier. La température de la surface enduite doit rester au minimum 3 °C (5 °F) sous le point de rosée pour éviter que la condensation se forme sur le produit non-mûri.

Pendant les périodes de forte humidité, il est toujours recommandé d’évaluer quotidiennement les conditions environnementales sur le site avant de commencer les travaux d’application. Si les conditions sont inacceptables ou en voie de le devenir au cours de la journée, il faudra retarder l’application jusqu’à ce que les conditions redeviennent acceptables. Si l’application a commencé et que le point de rosée est atteint avant que la surface ait eu le temps de mûrir, vous devrez alors évaluer la condition de la surface mûrie afin de localiser toute trace de contamination ou défaut avant de procéder à la pose des couches suivantes. D’une manière générale, des étapes de préparation subséquentes seront requises, ou, dans certains cas extrêmes, l’enduit devrait être complètement décapé.

Communiquer avec le service technique de Sika Canada pour des recommandations dans le cadre de projets spécifiques.

Survol des technologies pour les enduits Sikafloor® et Sikagard®

Les résines époxy à haute teneur en solides peuvent généralement être appliquées en présence de taux d’humidité relative allant jusqu’à 85 % et ce, dans la mesure où le point de rosée n’est pas atteint. À noter qu’il n’y a pas de taux d’humidité minimum requis pour ces types de résines. Une forte humidité et/ou la présence d’eau sous sa forme liquide peut causer différents types de défauts de surface notamment des niveaux de brillance inégaux ou irréguliers, présence de vides, défaillances en termes d’adhérence, présence de marques d’eau (voir exemple 1) et autres problèmes de décoloration.


Exemple 1 : Contamination au point de rosée / marque d’eau

Le coin du technicien : Contamination au point de rosée / marque d’eau

Photo de gauche : Enduit époxy mûri contaminé par l’humidité (goutte d’eau fraîche tombée 10 jours après) Photo de droite : Trace d’eau enlevée après 5 minutes – Il en résulte une tâche blanchâtre et une perte d’éclat de la surface.

Polyuréthanes multicomposants

Ces produits sont typiquement plus sensibles à l’humidité que la plupart des enduits. Ils ne pourront être appliqués qu’à un taux d’humidité relative maximum de 75 % dans la mesure où le point de rosé n’est pas atteint. Comme pour les produits époxy traditionnels, un excès d’humidité aura tendance à créer des  microbulles dans le film et réduire la clarté des couches de finition transparentes.


Enduits polyaspartiques

Ces produits ont des défauts similaires aux polyuréthanes multicomposants. Cependant, ils vous nécessiter des taux d’humidité relative moins élevés (30 % H.R.) pour que le mûrissement s’effectue correctement et dans les temps prescrits À noter qu’un taux d’humidité relative minimum est imposé car ces produits dépendent partiellement de la présence d’humidité dans l’air pour que leur mécanisme de mûrissement puisse se dérouler intégralement. Un faible taux d’humidité pendant l’application et le mûrissement du produit auront pour effet de ralentir le développement de la résistance et diminuer les propriétés physiques du produit.


Époxy à base d’eau, polyuréthanes et acryliques

Pour arriver aux propriétés désirées, tous ces produits ont besoin que l’humidité s’évapore du film créé lors du processus de mûrissement. Lorsque que le taux d’humidité relative est supérieur à 70 %, l’évaporation est ralentie et les temps de mûrissement s’allongent, créant ainsi la possibilité de formation d’une peau qui va emprisonner l’humidité dans le film. Un soin tout particulier devra être pris lors de l’application d’enduits à base d’eau dans un espace clos, avec très peu, voire aucune circulation d’air. À noter que des conditions qui auraient pu être acceptables en début d’application peuvent changer rapidement au fur et à mesure que l’eau s’évapore de la résine, créant ainsi une humidité relative localisée très élevée et par conséquent amener ces conditions à un niveau inacceptable. L’air doit être capable d’absorber la vapeur d’eau générée par le processus d’évaporation afin que le mûrissement des produits puisse se dérouler normalement. Le mûrissement dans des conditions d’humidité élevées pourrait avoir des conséquences néfastes sur le fini de surface, en se matérialisant notamment sous forme de décoloration, de niveaux de brillance variables ou d'un fini donnant l’impression d’être plus mou par endroit et moins durable.


Le service technique de Sika Canada
peut offrir des formations personnalisées qui permettront aux applicateurs de mieux comprendre et de maitriser ces paramètres essentiels que sont les températures ambiante/substrat, l’humidité relative et le calcul du point de rosée. Communiquer avec votre représentant technique Sika pour obtenir des informations complémentaires sur le sujet.
 

Abonnez-vous à notre infolettre
Abonnez-vous à l'nfolettre

Soyez informé des nouveaux produits Sika, événements, conseils techniques et autres outils de conception qui vous permettront d’optimiser votre productivité.