MURS DATANT D'AVANT 1900

PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES
■ Types de structures variées ;
■ Projets ne présentant probablement pas de joints de rupture ;

À PRENDRE EN CONSIDÉRATION
■ Les expositions aux éléments, tels que le vent, la pluie, le gel, etc.
■ Les changements de vocation

 

La majorité des murs bâtis avant 1900 sont essentiellement construits à l’aide d’un mortier constitué de chaux aérienne, de chaux hydrauliques (naturelles ou non) ou de ciment naturel et ne contiennent probablement pas de ciment Portland. Si le mortier contient du ciment Portland, ce dernier n’a rien en commun avec son homologue contemporain. Pour cette raison, nous déconseillons l’utilisation de ciment Portland pour les restaurations de projets érigés avant 1900. De nos jours, principalement à cause de nos climats rigoureux, l’utilisation de chaux aérienne sans un ajout pouzzolanique n’est plus recommandée pour les projets extérieurs. Il vous faudra donc vous tourner vers des mortiers à base de chaux hydrauliques (naturelles ou non) ou vers du ciment naturel (à ne pas confondre avec le ciment Portland).

 

POSE D’ÉLÉMENTS

Les structures datant d’avant 1900 sont très souvent des constructions de maçonnerie massive dépourvues de pare-air et ou de pare-vapeur. De plus, il n’existe généralement pas de joint de rupture dans ce type de construction. Il est donc essentiel d’utiliser un type de mortier qui va accompagner le mur d’origine dans ses mouvements ou dans sa capacité à transmettre les vapeurs d’eau. Pour ce faire, on utilise généralement le même type de liant que celui utilisé pour la construction d’origine. Pour connaître le type de liant probable utilisé pour la construction d’origine, référez-vous au document : Guide d’identification des différents types de liant publié par Sika et disponible dans ce cartable ou sur le site Internet de l’entreprise.

 

REJOINTOIEMENT

Le rejointoiement requiert que le nouveau mortier soit égal ou plus faible, sur le plan de la résistance à la compression, que le mortier d’origine et que l’élément de maçonnerie. Le nouveau mortier doit également être égal ou supérieur en termes de perméabilité aux vapeurs d’eau que le mortier d’origine. Enfin, le nouveau mortier sélectionné doit accompagner l’ancien mortier dans toutes ses facettes et ne pas représenter une contrainte pour ce dernier.

ASTUCE

Assurez-vous que votre projet n’ait pas subit de changement de vocation. Par exemple, une exposition plus grande aux sels de déglaçage. Sinon, l’utilisation du même mortier qu’à l’origine pourrait s’avérer être une erreur.

Recommandations

POSE D’ÉLÉMENTS

■ Nécessitant une résistance à la compresssion de faible à moyenne

■ Pour des murs intérieurs et extérieurs non porteurs : King® HLM-350

■ Nécessitant une résistance à la compression de moyenne à élevée

■ Mur porteur, parapet, fondation, cheminée, mur de soutènement ou tout ouvrage de maçonnerie exposé à un niveau élevé de saturation : King® HLM-500

 

REJOINTOIEMENT

■ Nécissitant une résistance à la compression de faible à moyenne

■ Pour des murs intérieurs et extérieurs non porteurs : King® HLM-350

■ Nécessitant une résistance à la compression de moyenne à élevée

■ Mur porteur, parapet, fondation, cheminée, mur de soutènement ou tout ouvrage de maçonnerie exposé à un niveau élevé de saturation : King® HLM-500