Toiture sans flamme

Alors que l'industrie des toitures commerciales évolue de manière significative vers des options de toitures sans flamme, il est intéressant de noter que Sika promeut des systèmes sans flamme depuis les années 60.

Nos systèmes à fixation mécanique et en pleine adhérence constituent une solution sécuritaire qui s’agence à une membrane au rendement exceptionnel et ce, partout dans le monde. Au Canada, les systèmes de toiture à fixation mécanique peuvent être installés toute l'année, et des options en pleine adhérence sont également disponibles pour les installations à basse température.

Nos membranes en PVC disposent d'une grande souplesse et d'excellentes propriétés de flexion par temps froid, et des essais indépendants révèlent qu'elle ne se fissurent pas.
Le soudage des joints peut également être effectué par temps froid, contrairement à certains autres systèmes auto-adhérents qui peuvent être sensibles à la température.
 

Les principaux avantages de notre toiture sans flamme

RISQUE D'INCENDIE LIMITÉ : AUCUNE FLAMME NUE LORS DE L'INSTALLATION - LA MEMBRANE EN PVC EST AUTO-EXTINGUIBLE
FRAIS SUPPLÉMENTAIRES DE FORMATION ET D'ASSURANCE-INCENDIE MOINS ÉLEVÉS ET NOMBRE RÉDUIT DE JOINTS POUR L'INSTALLATION PAR RAPPORT AUX SOLUTIONS À APPLICATION AU CHALUMEAU
LES MEMBRANES EN PVC PEUVENT ÊTRE RECYCLÉES ET RÉUTILISÉES, MÊME APRÈS PLUS DE 30 ANS D'UTILISATION
NOS MEMBRANES EN PVC FONT PREUVE D'UNE EXCELLENTE FLEXIBILITÉ PAR TEMPS FROID. DE PLUS, LE SOUDAGE DES JOINTS PEUT ÊTRE EFFECTUÉ À BASSE TEMPÉRATURE

Soudage à air chaud ou au chalumeau

La toiture à application au chalumeau en vaut-elle le risque ?

L'un des éléments les plus vulnérables d'un bâtiment exposé au feu est sa toiture.

Cependant, les toitures en bitume sont toujours installées à l'aide d'un chalumeau à gaz qui génère une flamme à très haute température. Cette méthode d'application présente des risques considérables de brûlures par le feu !

 

Membranes PVC

Hand welding of waterproofing sheet membrane
 
AUCUNE FLAMME NUE LORS DE L’INSTALLATION

 

Nos systèmes à fixation mécanique et en pleine adhérence constituent des solutions sécuritaires dont l’installation ne requiert pas l’utilisation de flammes nues. Aucune flamme nue

TENUE AU FEU ÉLEVÉE

La membrane en PVC est intrinsèquement résistante au feu et ne continue pas à brûler une fois la flamme retirée. Membrane auto-extinguible

ÉTANCHE

Une « purge » distincte lors du soudage des joints ainsi que la possibilité de souder immédiatement le joint facilitent le contrôle de la qualité de l'étanchéité. Rapidement étanche

TRAVAUX DE PRÉCISION SIMPLIFIÉS

Les feuilles plus larges signifient que le nombre de joints sur la surface de la toiture est moindre par rapport aux membranes de bitume modifié classiques d'un mètre de large. De plus, le PVC est souple et permet d'effectuer aisément des travaux de précision, même par temps froid ou sur des membranes plus épaisses.

Toitures en bitume

Two workers rolling SikaBit bitumen membrane apply on roof
RISQUE D'INCENDIE PENDANT L'INSTALLATIONv

Cette méthode consiste à dérouler des feuilles de bitume modifié sur la toiture, puis à les souder à la surface à l'aide d'un chalumeau à propane portatif qui chauffe le matériau. Chalumeau à gaz à flamme nue

 

LACUNES EN MATIÈRE DE TENUE AU FEU

Lorsqu'elles sont exposées au feu, les membranes EPDM et TPO brûlent en entier. Les membranes TPO résistantes au feu continuent de brûler une fois la flamme retirée lors des essais de combustion.

PROBLÈMES D'ÉTANCHÉITÉ

Système composé de plusieurs couches, ce qui entraîne des problèmes d'étanchéité

TRAVAUX DE PRÉCISION DIFFICILES

Les membranes de bitume modifié d'un mètre de large nécessitent plus de joints et sont composées de nombreuses couches. Cela augmente les risques de contamination et d'humidité ainsi que les erreurs d'installation potentielles. Si les couches du système de toiture à application au chalumeau ne sont pas correctement scellées, il est possible que des fuites se produisent

FOIRE AUX QUESTIONS

De quoi est constitué le PVC ?

Le PVC est formé de deux composants de base : le chlore, dérivé du chlorure de sodium, et l'éthylène, dérivé du gaz naturel. En prenant ces deux composants et en y ajoutant d'autres, le PVC peut être rendu rigide, flexible ou semi-flexible. C'est pourquoi le PVC est considéré comme l'une des matières plastiques les plus polyvalentes.

Quel type de toiture forme le PVC ?

Le PVC est considéré comme un système de toiture « monocouche ». En effet, ce système ne nécessite qu'une seule couche de membrane pour maintenir l'étanchéité de la toiture. D'autres systèmes, tels que les toitures multicouches à base d'asphalte, nécessitent plusieurs couches de feutre saturé d'asphalte pour former un assemblage.

Comment le PVC est-il installé sur une toiture ?

Le PVC et la TPO peuvent être fixés mécaniquement (à l'aide de plaques et de vis) ou collés au substrat de la toiture. Toutefois, les membranes TPO adhèrent moins facilement que les membranes PVC, surtout si elles sont posées avec des adhésifs à base d'eau. Elles ont également des coefficients de dilatation thermique et de contraction plus élevés, ce qui se traduit par un mouvement beaucoup plus important au fil des cycles de température. Alors que les toitures PVC en pleine adhérence ont fourni des résultats exceptionnels au cours des décennies, les propriétés de la TPO mentionnées précédemment entraînent des difficultés lors de leur fixation.

Les joints de chevauchement du PVC sont soudés à l'air chaud pour empêcher l'eau de pénétrer dans le bâtiment. Une fois soudés, les joints constituent l'une des parties les plus solides du système et ne se détériorent pas avec le temps, contrairement aux systèmes de toiture qui utilisent des colles, du ruban à double face adhésive ou de l'asphalte pour lier leurs joints.

 

Quelles sont les principales différences entre les membranes en PVC et en TPO pour les toitures ?

Si le PVC et la TPO appartiennent tous deux à la famille des toitures thermoplastiques monocouches, ils n'en demeurent pas moins très différents dans leur composition chimique de base et leurs propriétés physiques. Ils ne sont pas non plus compatibles entre eux. Le PVC est utilisé comme matériau de toiture depuis les années 60 et a plus de 50 ans de performance éprouvée à son actif.

Outre les produits chimiques variés utilisés pour créer ces membranes, le PVC et la TPO présentent des différences importantes qui méritent d'être mentionnées. Les fabricants de TPO continuent à modifier leurs formulations afin d'atteindre le niveau de performance requis, tandis que le PVC fournit d'excellents résultats depuis plus de 50 ans. La résistance au feu des membranes en PVC est nettement supérieure à celle des membranes en TPO, comme le montre la vidéo ci-dessous. Une autre différence importante réside dans la flexibilité des feuilles de TPO. Ces dernières étant beaucoup plus rigides que les feuilles de PVC, elles sont plus difficiles à manipuler pour les entrepreneurs. Ceci revêt une importance particulière lorsqu'il s'agit de réaliser des pénétrations de solins ou tout autre travail minutieux, car la rigidité peut rendre certaines zones non étanches ou compromettre le travail par temps froid.

Pourquoi les entrepreneurs préfèrent-ils installer du PVC ?

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les propriétaires de bâtiments préfèrent utiliser une membrane de toiture en PVC éprouvé plutôt qu'une membrane en TPO. Entre autres, la plupart, sinon la totalité, des fabricants de TPO en sont à leur troisième ou quatrième formulation de membrane, alors que le PVC peut se targuer d'avoir performé pendant plus de 50 ans dans le monde réel. Pour un entrepreneur en toiture, cependant, les raisons pour lesquelles il préfère installer du PVC plutôt que de la TPO tiennent en grande partie au fait que ce matériau produit un système étanche à l'eau.

En général, les membranes PVC sont beaucoup plus faciles à utiliser pour les entrepreneurs, même par temps froid. Les membranes TPO sont plus rigides, ce qui rend la manipulation des feuilles et les travaux de précision plus ardus, surtout par temps froid. Si la membrane est difficile à travailler et qu'un entrepreneur doit sceller des pénétrations, un mur ou une costière, le risque d'une application incorrecte s'en trouve accru.

La TPO impose également que tous les bords coupés de la membrane soient scellés pour prévenir la migration de l'eau, et ses joints sont beaucoup plus sensibles aux contacts. Tout cela requiert un investissement considérable de temps et d'argent et augmente le risque de commettre des erreurs. Lorsque les membranes en TPO s'endommagent prématurément, les entrepreneurs courent le risque de voir leur réputation se ternir. Aucun entrepreneur ne souhaite recevoir d'appel signalant que la toiture qu'il a installée fait défaut. Quelle qu'en soit la raison, toutes les parties concernées en assument généralement la responsabilité.